Publi-News

Switch to desktop Register Login


MasterCard dévoile la nouvelle génération de carte biométrique

  • jeudi 20 avril 2017 13:14
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police


Cette nouvelle carte repose sur la technologie de scan d’empreintes digitales utilisée actuellement pour les paiements mobiles sur les terminaux EMV dans le monde entier.  Les premières expérimentations ont été conduites avec succès en Afrique du Sud, premier marché à tester cette technologie de pointe, en collaboration avec Pick n Pay et Absa Bank. Des tests complémentaires auront lieu en Europe et en Asie-Pacifique au cours des prochains mois. 

Le fonctionnement de cette technologie dernière génération est simple: il suffit pour le titulaire de la carte d'enregistrer son empreinte digitale auprès de son établissement financier afin que celle-ci soit cryptée et convertie en un modèle numérique unique stocké sur la carte. Elle est alors prête à l’emploi sur n'importe quel terminal EMV à l'échelle mondiale.

En outre, les bénéfices sont nombreux, à la fois pour les consommateurs, les commerçants et les établissements bancaires. La technologie biométrique est une démonstration de l'engagement de Mastercard en matière de sécurité des paiements et d'innovation.

« L'introduction sur le marché sud-africain de la nouvelle génération de Carte Biométrique concorde parfaitement avec notre volonté d’innover pour concevoir les solutions de paiement sécurisées de demain, en lien avec la digitalisation croissante des modes de vie. Outre les bénéfices importants de cette technologie pour les consommateurs, les commerçants ou les banques, cela renforce notre engagement au service de l’amélioration de l’expérience d’achat. Cela démontre notre capacité à nous adapter aux attentes et nouveaux usages des consommateurs en Europe comme dans le reste du monde », affirmeBart Willaert, Directeur Général de Mastercard en France.

Mastercard dévoile aujourd'hui la prochaine génération de carte biométrique, combinant la technologie des puces avec celle des empreintes digitales pour confirmer de façon pratique et sécurisée l'identité du titulaire de la carte pour les achats en magasin.

L'Afrique du Sud est ainsi le premier marché à tester cette technologie dernière génération, avec deux expérimentations distinctes récemment conclues avec Pick n Pay, une importante chaîne de supermarchés, et Absa Bank, filiale de Barclays Afrique

La nouvelle carte repose sur la technologie de scan d’empreintes digitales utilisée actuellement pour les paiements mobiles qui peut être utilisée sur les terminaux EMV dans le monde entier.

«Qu'il s'agisse de déverrouiller un smartphone ou de faire des achats en ligne, l'empreinte digitale contribue à fournir une sécurité supplémentaire et à favoriser une expérience d’achat plus fluide. En effet, on ne peut ni dérober, ni dupliquer une empreinte digitale. Cela va aider nos titulaires de cartes et leur faciliter la vie en leur garantissant une protection optimale de leurs paiements » explique Ajay Bhalla, President Global Enterprise Risk  et Security, Mastercard.

Le  titulaire de la carte enregistre simplement son empreinte digitale auprès de son établissement financier. Lors de l'enregistrement, son empreinte digitale est convertie en un modèle numérique crypté qui est stocké sur la carte. La carte de paiement est alors prête à l’emploi sur n'importe quel terminal EMV à l'échelle mondiale.

Au moment d’effectuer des achats en magasin, la carte biométrique fonctionne comme n’importe quelle autre carte à puce. Le détenteur de la carte l’insère tout simplement dans le terminal de paiement du commerçant. L’étape suivante consiste à placer ses doigts sur le capteur embarqué, de sorte que la conformité avec le gabarit de l’empreinte digitale préalablement enregistrée sur la puce de la carte puisse être vérifiée. Si la correspondance biométrique est établie, la transaction peut alors être approuvée ; ainsi, à aucun moment la carte n’a quitté la main de son titulaire.

Un déploiement complet est attendu plus tard dans l’année.

Connectez-vous pour commenter

Copyright Publi-News

Top Desktop version