Publi-News

Switch to desktop Register Login


Jean-Charles Samuelian, Alan : « Nous signons de 10 à 20 entreprises par semaine »

  • jeudi 20 avril 2017 17:54
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police


ean-Charles Samuelian, fondateurr et président directeur général d'Alan ean-Charles Samuelian, fondateurr et président directeur général d'Alan © Marie-Béatrice Seillant

Révolutionnant le paysage de la protection sociale par son intégrale digitalisation, la start-up d'assurance santé complémentaire Alan a été lancée fin octobre 2016. Initialement destinée aux PME et TPE, elle s'ouvre aujourd'hui aux indépendants. Entretien avec Jean-Charles Samuelian, le jeune créateur et président directeur général de cette nouvelle pousse moderniste.

Pourriez-vous, en guise d'introduction, nous présenter Alan ?

Alan est la première assurance santé digitale en Europe. Nous sommes le premier acteur indépendant depuis 1986 à avoir réussi à obtenir un agrément d'assurance. Qu'est-ce que cela signifie concrètement être un assureur digital ? Nous commercialisons une assurance complémentaire santé à la fois pour les entreprises et les indépendants, travailleurs non salariés comme auto-entrepreneurs. Nous promettons une souscription en ligne en 3 minutes, avec une excellente expérience utilisateur. Nos clients peuvent prendre des photos de leurs factures, nous nous intégrons parfaitement avec leur système de paie, nous effectuons des prélèvements automatiques, avons conçu un questionnaire service à la réponse rapide... Notre but était d'essayer de porter la technologie et l'expérience utilisateur au service de l'assurance santé.


Alan existerait ainsi depuis 1986 ?

Effectivement. Le marché français est un marché très régulé qui comporte un lot non négligeable de contraintes. Il était particulièrement difficile de l’intégrer avec de nombreux acteurs qui conservaient leurs rentes. Nous arrivons aujourd'hui pour bousculer cet ordre établi.

 

Justement, pourquoi avoir choisi de vous lancer sur ce marché de l'assurance santé complémentaire, déjà bien occupé en France ? 

J'avoue que mon histoire familiale a beaucoup contribué à ma prise de décision. Je suis issu d'une famille de médecins. Parvenir à insérer de la technologie en santé a toujours figuré parmi les sujets et défis qui me passionnent et m'animent. Je me suis beaucoup interrogé. Nous pensons que l'assurance complémentaire santé est une des briques élémentaires et fondamentales du système de protection sociale, car elle gère nos remboursements et sert des interfaces importantes. Si nous réussissons à simplifier cela et rendre les choses plus transparentes, nous modifierons la vie de nombreuses personnes. C'est le problème que nous voulions résoudre dans la société précédente que j'ai revendue. Au moment de devoir choisir et mettre en place la mutuelle entreprise de mes salariés, j'avais trouvé le dispositif et les démarches d'une complexité infinie. Je ne comprenais pas pourquoi le recours à un courtier était nécessaire pour cela. Personne ne voulait m'informer, m'aiguiller. Pourquoi était-il impossible de comparer les produits ? Pourquoi tant d'opacité ? Du coup, nous nous sommes dit que nous allions enfin construire quelque chose de facile et clair pour les utilisateurs.

 

A-t-il été aisé de concevoir ainsi une assurance 100 % digitale ?

Non, pas du tout. Cela a même été assez compliqué. Notamment pour construire le produit avec toute la chaîne de valeurs de l'assurance, car nous gérons notre risque, nos propres offres, la distribution, le service client, les remboursements... Tout cela ajouté à la demande d'agrément qui comporte ses freins. Il faut s'assurer que nous sommes bien capitalisés, que nous détenons la bonne gouvernance, que nous respectons toutes les contraintes de Solvabilité 2... Cela demande beaucoup de travail mais nous avons eu la chance de réunir une équipe assez extraordinaire pour relever tous ces challenges. En finalité, nous avons avancé relativement vite. Nous avons créé la structure en mars 2016, nous avons obtenu notre agrément le 23 octobre suivant et le 25 du même mois, soit 2 jours après, nous étions déjà en live sur Internet avec notre portail www.alan.eu.

 

Combien de collaborateurs comptez-vous dans votre équipe ?
Aujourd'hui, nous sommes au nombre de 11 et serons très prochainement 13. Nous étions 8 au moment de l'obtention de l'agrément. Nous attestons d'une forte croissance et recrutons régulièrement.

 

Concernant les garanties que vous proposez au sein de votre produit d'assurance, sont-elles standards ?

Oui. Nous avons conçu un produit unique, sur lequel nous avons beaucoup œuvré pour essayer d'ajuster ce que nous comprenions du marché de la santé et ce que nous retirions de notre propre historique. Je pense que c'est un produit étendu qui couvre bien, sans posséder les travers de certaines autres offres. A noter d'ailleurs que nos garanties sont toutes intégralement responsables.

 

Dans la mesure où le produit est unique et les garanties communes à tous vos assurés, comment les prix sont-ils calculés ?

Ils sont calculés en fonction de l'âge moyen de tous les salariés de nos entreprises adhérentes. Une information également importante à connaître, notre assurance est résiliable mensuellement. Elle est donc sans engagement, nos clients peuvent partir lorsqu'ils le souhaitent. Adate, nous ne déplorons aucun départ.

 

Après un peu plus de 5 mois d'existence, comment se portent les souscriptions sur la partie entreprise ?

Elles se portent très bien, nous sommes très satisfaits. Nous n'avons rien dépensé en acquisition ni en marketing. Nous attestons d'un très bon flux naturel, nous signons entre 10 et 20 entreprises par semaine. Nous souhaitons encore davantage accélérer mais les débuts sont encourageants.

 

En termes d'accélération, vous venez justement de vous ouvrir aux indépendants alors que vous ne vous destiniez jusqu'alors qu'aux TPE/PME...

En effet. Nous avons dupliqué le même concept avec un produit unique et toutes ses qualités : compatible loi Madelin, inscription en 3min... Nous avons désiré nous ouvrir sur la cible des indépendants, TNS et auto-entrepreneurs, car ils étaient nombreux à nous contacter chaque semaine pour vérifier si nous n'avions pas des offres pouvant leur convenir. Nous avons saisi l'opportunité.

Connectez-vous pour commenter

Copyright Publi-News

Top Desktop version